L'Alliance nouvelle de l'opposition: « Il n’y a pas de radicalisation en politique. Il nous faut négocier avec le pouvoir, à chaque fois que nous constaterons un problème »

L’Alliance nouvelle de l’opposition: « Il n’y a pas de radicalisation en politique. Il nous faut négocier avec le pouvoir, à chaque fois que nous constaterons un problème »

Libreville, le 09 juin 2017– L’alliance nouvelle de l’opposition (ANO), une coalition de 12 partis politiques, a procédé à l’installation de son nouveau Président, M. Bonaventure NZIGOU MANFOUMBI, en remplacement de M. Bruno Ben MOUBAMBA, au cours d’une Conférence de presse, à l’Hôtel Palm d’Or, le jeudi 08 juin dernier.

 

 

 

 

Entrée dans l’arène politique le 23 novembre dernier, l’Alliance nouvelle de l’opposition se veut être le fer de lance d’une opposition républicaine et progressiste forte, qui privilégie le dialogue et la stabilité sociale qu’à la désobéissance civile, prôné par une certaine opposition dite radicale.

 

Les conclusions des deux phases du Dialogue Politique seraient satisfaisantes pour l’ANO.

 

Après avoir installé son bureau composé de vice-présidents issu des 12 partis politiques qui le compose, Bonaventure NZIGOU MANFOUMBI a énuméré les avancées significatives de la démocratie au Gabon, grâce à la participation des différents partis de l’opposition au Dialogue Politique initié par le Président de la République Ali BONGO ONDIMBA :
1- Le retour au scrutin uninominal à deux tours
2 La réforme de la CENAP en Centre gabonais des élections, qui sera administrative, autonome et permanente, mais également composée à parité des représentant des partis politiques reconnus de la majorité et de l’opposition, dont le président sera élu par un collège constitué sur la base d’une liste établie après appel à candidature
3- La non proclamation par les autorités locales et le Ministère de l’Intérieur, des résultats des différents scrutins organisés dans le pays.
4- La révision du mandat des membres de la cours constitutionnelle, qui est désormais de 9 ans, non renouvelable, de son expulsion des missions de recensement général de la population ainsi que des missions relatives aux contentieux des élections locales, entres autres.

 

 

« Le Dialogue Politique s’est longuement penché sur le climat sociopolitique du pays, en vue d’une sortie de crise ».

Ajoutant par ailleurs qu’« Il a été recommandé aux Président Ali BONGO ONDIMBA à appliquer les accords faits lors de ces assises du Dialogue (…) une commission addoc interministerielle sera établie afin de mettre en place : l’indemnisation des victimes des événements de 2009 à 2016 et la reconnaissance des figures emblématiques des acteurs politiques morts pour la Patrie, la création des ouvrages mémoriaux ainsi que la proposition d’une Loi de Mémoire pour ceux-là qui ont contribué à la Paix et à la Démocratie au Gabon, tels que nos chers disparus MM. Jean Hilaire AUBAME ; Joseph REDJAMBE ; Simon OYONO AB’A ; MOUBAMBA NZIENGUI ; Pierre MAMBOUNDOU ; André MBA AUBAME, toutes ces personnalités doivent être honoré. »

 

« L’ANO lance un appel solennelle au gabonais de la diaspora au respect des institutions de la république et de la préservation de l’image de notre Nation. »
Suite aux vidéos montrant des agressions physiques et verbales des plus Hautes Autorités du pays en mission à l’étranger dans les réseaux sociaux, le nouveau président de l’ANO condamne et exhorte les gabonais de la diaspora coupables de ces actes, à plus de retenue et de responsabilités. « En commettant ces agressions, vous mettez en situation difficile l’autorité gabonaise en terre étrangère. Le linge sale se lave en famille et nous estimons que cette manière de manifester une contestation n’est pas la meilleure.»

De même, Bonaventure NZIGOU MANFOUMBI a lancé cet avertissement auprès de certains pays aux desseins lugubres pour l’avenir du Gabon contre« tout acte d’ingérence des pays dits amis qui ont des projets de déstabilisation du Gabon ».

 

L’Alliance nouvelle de l’opposition (ANO) est composée 12 Partis politiques qui sont : le Front d’égalité républicaine (FER) de Bonaventure Nzigou Manfoumbi, le CFD de Ben de Mongariasse, l’Union gabonaise démocratique (UGD) de Boutoukou Boutoukou et de l’Alliance pour le changement et le renouveau (ACR) de Bruno Ben Moubamba, le parti du peuple uni (PPU) de Jacques Roungou, le Mouvement démocratique pour la justice sociale (MDJS) de Pierre Anicet Mbadinga Maganga, le Parti socialiste unifié (PSU) de Simon Evouna, le (RDI) de Théodore Mayaza, le Rassemblement des Gabonais pour l’unité et la paix (RGUP) de Cyriaque Boussougou, la Cause commune pour le développement du Gabon (CCDG) de Jean Pierre Ndong Abessolo, l’Union pour le progrès national (UPN) de Daniel Tengue et de l’Association pour le socialisme au Gabon (APSG) de Zanga Moukagni,.

VN:F [1.9.16_1159]
Evaluez cet article
Rating: 0.0/6 (0 votes cast)