« Un acteur ayant participé à la phase citoyenne n’a pas besoin de se réinscrire à la phase politique puisque sa contribution sera prise en compte au même titre que celles de la seconde phase du dialogue »

« Un acteur ayant participé à la phase citoyenne n’a pas besoin de se réinscrire à la phase politique puisque sa contribution sera prise en compte au même titre que celles de la seconde phase du dialogue »

Libreville, le 11 avril 2017. Le Chargé du Dialogue Politique, M. Francis NKEA a, dans une conférence de presse improvisée le mardi 10 dernier, fait le point sur le déroulé de la clôture de la Phase Citoyenne et de l’ouverture de la Phase Politique, clarifiant ainsi, les équivoques sur les propositions émises des deux phases de ce dialogue et du traitement des journalistes accrédités, qui se plaignent depuis le début de ce grand évènement initié par le Président Ali BONGO ONDIMBA.

Lors de ses propos liminaires, M. Francis NKEA a clairement situé comment se dérouleront les deux phases du Dialogue Politique :

– La remise officielle des panels de la première phase se tiendra ce mercredi 12 avril 2017 à 10 heures au Stade de l’Amitié sino-gabonaise d’Angondjé. Cette cérémonie inclura la lecture du Rapport Général de la Phase Citoyenne et les communications des Institutions et des personnalités invitées par le Bureau du Dialogue Politique.

– A l’occasion de l’ouverture de la phase politique, prévue mardi prochain à 10h00, les commissions seront mises en place. Les 160 acteurs politiques de l’opposition et de la majorité intégreront chacun une des quatre commissions correspondant aux thématiques retenues pour le Dialogue politique : « La réforme des institutions et la consolidation de l’Etat de droit », « Les réformes électorales », « La modernisation de la vie publique » et « La consolidation de la paix et la cohésion nationale ».

Pas de deuxième participation, une seule suffit !

Durant son intervention devant la Presse, M. Francis NKEA a souligné que toutes les propositions s’équivalaient, rappelant par la suite que le Dialogue politique s’organisait autour de deux phases distinctes pour permettre aux acteurs partageant les mêmes préoccupations de se réunir. « Un acteur ayant participé à la phase citoyenne n’a pas besoin de se réinscrire à la phase politique puisque sa contribution sera prise en compte au même titre que celles de la seconde phase du dialogue », a-t-il indiqué.

Concernant la suite à donner aux propositions émises lors du Dialogue, M. Francis NKEA a annoncé la mise en place d’un Comité de suivi paritaire des décisions (Majorité-Opposition et, Société Civile si possible). « Les propositions, pour être applicables et obligatoires, doivent être introduites dans l’ordonnancement juridique de notre pays afin qu’elles soient converties en textes de loi ; les parties doivent tout mettre en œuvre pour leur applicabilité intégrale », a-t-il encore souligné.

Les journalistes accrédités ont émit un "ouf !" de soulagement, quant à l'issue de leur préoccupation.

Les journalistes accrédités ont émit un « ouf ! » de soulagement, quant à l’issue de leur préoccupation.

Oui, la Presse locale recevra le même traitement que tous les participants au Dialogue Politique !

Le Chargé du Dialogue a été clair à ce sujet, répondant à la question d’un journaliste quant au flou qui régnait sur une quelconque rémunération de la Presse pour la couverture médiatique du dialogue. M. Francis NKEA déclare :  » pour ce qui est de la Presse, il a effectivement été attribué un budget pour les journalistes. Le Ministre d’Etat, Alain Claude BILIE-BY-NZE est en charge de ce dossier ». Les regards sont donc tournés vers le Ministre de la Communication, en mission à Abidjan en Côte d’Ivoire.

En attendant son arrivée, les hommes et femmes de médias, continuent toutefois, à travailler au Stade de l’Amitié d’Angondjé, pour véhiculer aux populations gabonaises, tout ce qui se dit et fait pendant toute la période du Dialogue Politique.

VN:F [1.9.16_1159]
Evaluez cet article
Rating: 0.0/6 (0 votes cast)