Le président de l'assemblée départementale de Bayi Brikolo, Jean-Jacques NGOULOU et ses proches.

Le président de l’assemblée départementale de Bayi Brikolo, Jean-Jacques NGOULOU et ses proches.

Libreville, le 15 mars 2016. Quiproquo au sein des élus des « Sept (7) merveilles du peuple gabonais » (7MP), à la fin de leur Premier Congrès Ordinaire le dimanche dernier, pour ce qui est de la participation du parti au dialogue national inclusif et sans tabou, prôné par le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba.

selon le 2e vice-président de l’assemblée départementale de la Bayi-Brikolo (Aboumi), Jean-Jacques Ngoulou, le 7MP participera à ce dialogue, en dépit de la décision de son président, M. Joël NGOUENENI NDZENGOUMA, qui a refusé de prendre part à cette « mascarade politique », lors de son discours à l’ouverture des travaux du Congrès, le vendredi 10 mars dernier.

Participer au dialogue d’Ali BONGO: Une pilule dur à avaler

Pour M. Jean-Jacques NGOULOU, cette décision émane d’une profonde réflexion collective des élus du 7MP et de leur base, malgré le statut quo de son président.  » Le Gabon traverse une crise multisectorielle qui nécessite un dialogue entre les différents acteurs du pays, pour voir, tous ensemble, comment trouver des solutions pouvant nous amener à améliorer notre quotidien (…) Il n’est donc pas question que le 7MP, qui cherche à participer au développement du pays, à travers un jeu politique responsable, manque de participer à la construction du pays ». A t-il indiqué.

Toutefois, il a félicité ses collègues, pour cette « sage décision » et a invité les acteurs sociaux et les autres acteurs politiques, à les rejoindre. Voilà ce qu’on appelle, un retournement de situation. Mais au fait, il en dit quoi, le Président fraichement élu ? Rien, si ce n’est de se soumettre à la décision de la base, car avec le 7MP, tout est encore…possible !

VN:F [1.9.16_1159]
Evaluez cet article
Rating: 0.0/6 (0 votes cast)