Libreville, le 19 décembre 2016. Venu accompagné ses camarades syndiqués pour la conférence de presse qui s’est déroulée à Gabon Télévision le 07 décembre dernier, le virulent syndicaliste et ex journaliste de la défunte Radio télévision gabonaise (RTG1), M. Marcel LIBAMA, n’a ménagé aucun effort pour torpiller les journalistes, les politiques et certains agents de l’État qu’il considère comme des lâches et des faux-culs dans le monde du syndicat.

Moi, Marcel LIBAMA, je ne mâche pas mes mots…

"Un droit, lorsqu'il n'est pas utilisé, il disparaît. Préservons nos acquis !"

« Un droit, lorsqu’il n’est pas utilisé, il disparaît. Préservons nos acquis ! »

« (…) les journalistes sont les pions des hommes politiques. Ce sont les courageux qui ont le droit d’avoir la liberté et non le contraire. Notre pays a des sérieux problèmes d’argent. Tous les signaux sont au rouge (…) Lorsqu’il y a une crise, le gouvernement s’attaque aux budgets des agents de l’État (…) vos patrons ne sont pas vos amis mais bien ceux des hommes politiques. La cause de la communication est misérable. Car dans tous les ministères, les conseillers en communications sont des anciens journalistes.

« Inviter les uns et les autres à une prise de conscience. »

Les hommes passent mais les institutions restent. Il faut défendre la corporation dans le domaine de la communication. Et on ne donnera gain de cause qu’à ceux qui sont fort et soudé, qui combattent de manière légitime. « (…) le pire, est de ne pas avoir essayer de se lever comme un seul homme pour parler des problèmes liés à la presse. Il nous faut préserver les acquis. Or vous êtes entrain de perdre ces acquis. »

« Un droit, lorsqu’il n’est pas utilisé, il disparaît. »

« (…) Dans un pays normal et démocratique, le ministre Alain Claude BILIE-BY-NZE serait déjà démissionnaire pour avoir prêter un milliard de FCFA qui n’a toujours pas été justifié » a-t-il ajouté pour conclure.

Ce prêt de un milliard de FCFA à BGFI BANK prit par le ministre de la communication, soulève des doutes, des divisions et des supputations dans les rangs des agents de Gabon Télévision.

VN:F [1.9.16_1159]
Evaluez cet article
Rating: 0.0/6 (0 votes cast)