Libreville, le 18 novembre 2016. Le Conseil National de la Démocratie (CND), a tenu sa troisième Assemblée Plénière Ordinaire dans la salle de conférence de l’Hôtel Palm d’Or, en vue de synthétisé son Rapport d’évaluation annuelle 2016.

Présidé par Maître Séraphin NDAOT REMBOGO, les travaux en plénières seront essentiellement orientés sur le bilan annuel pour retracé le travail accompli durant la période électorale et des différents points à l’ordre du jour, qui après, seront votés à la fin des travaux.

Trois « nouvelles têtes » admises au CND

Lors de ses propos liminaires, M. Séraphin NDAOT a annoncé à l’assistance, l’arrivée de trois nouveaux membres: M. Emmanuel ISSOZET NGONDET ( membre de Droit); les partis Démocratie Nouvelle (DN) et le Rassemblement Nationale des Bûcherons (RNB). Une adhésion jugée conforme selon les textes et qui a été reconnut d’office.

Le Premier Ministre M. Emmanuel ISSOZET NGONDET devient de facto un membre de Droit au CND !

Le Premier Ministre M. Emmanuel ISSOZET NGONDET devient de facto un membre de Droit au CND !

En présence du Premier Ministre Chef du Gouvernement, M. Emmanuel ISSOZE NGONDET, le président du CND a ainsi décliné les différents points qui seront débattus en plénière, mais également défini que le rôle de cette institution se veut être  » l’alpha et l’oméga » des règlements de conflits politiques:

« (…) au moment, où s’ouvrent des consultations officielles sur l’organisation d’un dialogue politique sous l’égide de Monsieur le Premier Ministre, le CND qui s’était déjà saisi de cette question et qui n’a cessé de cogiter sur ce sujet vital, pourrait encore apporter sa contribution dans ce forum national » a réaffirmé le président du CND.

Le CND: un organe régulateur de la démocratie

Parmi les 58 partis politiques deux groupes seront essentiellement chargés de promouvoir un consensus en période électorale, pour l’intérêt de la cohésion nationale: le groupe de la majorité pour l’émergence et le groupe de l’opposition. Il y a pas longtemps, le CND a vu de nombreux hommes politiques claquer la porte, non sans encenser M. Séraphin NDAOT, de faire le jeu du pouvoir en place. Certains ont toutefois fait volte-face et sont revenus à de meilleurs sentiments, pour participer au Dialogue national proposé par le Président de la République, Ali BONGO ONDIMBA.

Le président du CND, Maître Séraphin NDAOT REMBOGO.

Le président du CND, Maître Séraphin NDAOT REMBOGO.

Pour M. Séraphin NDAOT REMBOGO, le CND n’est ni un sanctuaire de la majorité présidentielle, ni un repaire pour l’opposition;  » (…) il est simplement un organe régulateur de la démocratie. (..) nous nous devons loyalement et légitimement laver notre linge sale en famille, afin de dénouer les différents conflits entres les hommes politiques. » a t-il précisé.

Plusieurs sujets seront proposés et débattus tout au long de ces travaux, tels que:La limitation du nombre de mandats présidentiels (deux), la limitation de la durée du mandat présidentiel (sept ans), le mode de scrutin électoral (deux tours), la nomination d’un Vice-Président de la République, de l’usage de la biométrie et, de la régularisation de la situation sociale des employés du CND, qui n’a guère changée depuis un an.

VN:F [1.9.16_1159]
Evaluez cet article
Rating: 0.0/6 (0 votes cast)