M. le Conseiller Technique Alain NGOMO NDOUTOUME et son équipe.

M. le Conseiller Technique Alain NGOMO NDOUTOUME et son équipe.

Libreville, le 24 octobre 2016. C’est au cours d’une Conférence de Presse que M. Alain NGOMO NDOUTOUME, Conseiller PDG, membre du Comité Technique, Chargé des activités à la PostBank, a tenu à éclaircir la clientèle de cette Banque dont les caisses seraient en manque de liquidités aujourd’hui.

Dans son plaidoyer, le Conseiller PDG a soulever deux points essentiels: les difficultés de Postbank sont financières et opérationnelles.
« Sur le plan financier, un plan de redressement chiffré a été soumis au gouvernement. » dixit le Conseiller PDG.
Selon M. Alain NGOMO NDOUTOUME, l’apport de trésorerie ne peut venir que de l’État.  » on attends donc le gouvernement pour décaisser les fonds pour subvenir aux clients en détresse. » dit-il.

Depuis 2015, la PostBank était une véritable vache à lait pour voleurs.

Depuis 2015, la PostBank était une véritable vache à lait pour voleurs.

Avec un déficit de 29 milliards, la post n’a plus de fonds propres !

« Oui, effectivement nous avons des problèmes de liquidités (…) Nous n’avons plus de fonds propres. » Dit-il. Depuis la crise d’octobre 2015, la PostBank a constatée un trou béant de plusieurs milliards de FCFA dans ses caisses. Un constat qui a permis à la nouvelle équipe de se rendre compte que la Banque était une véritable épicerie. Selon le Conseiller, « personne ne savait qui faisait quoi et comment, dans cette Banque car, rien n’était sécurisé ». A t-il déclaré, devant les regards étonnés des journalistes.

Du cash, pour sauver la PostBank !

Du cash, pour sauver la PostBank !

Plan Opérationnel: Avec 50 points de vente dans toute l’étendue du territoire national,un nouveau système informatique de surveillance piloté depuis Libreville sera mis en place.

Ce qui revient à dire que des personnes peu recommandables avec des comptes fictifs, venaient se servir au détriment des honnêtes citoyens, qui n’ont que leurs yeux pour pleurer. « on n’est pas encore en mesure d’honorer la part de nos clients (…) l’acquisition d’un nouveau système informatique a été mis en place pour piloter les opérations financières au quotidien, depuis Libreville ». A t-il ajouté.

Un groupe de travail essentiellement technique a été créé. L’arrivée du nouveau Directeur Général, M. Michael ADANDE, a vite fait d’établir un plan de redressement, qui a été mis en place pour qu’un décaissement de 61 milliards de FCFA par l’état lui soit remit pour une période de trois ans en trois tranches de paiement.

Les regards sont désormais dirigés vers le gouvernement gabonais, pour soulager particulièrement les familles dites économiquement faibles, déjà asphyxiées par de nombreuses dettes. Aujourd’hui, l’assainissement de la comptabilité de PostBank suit son cours. Avec l’espoir que tous ceux qui ont des comptes fictifs seront simplement bloqués et devraient en principe, passé au banc des accusés du Palais de Justice de Libreville.

VN:F [1.9.16_1159]
Evaluez cet article
Rating: 6.0/6 (1 vote cast)
POSTBANK: LA FIN JUSTIFIE LES MOYENS DE 61 MILLIARDS DE FCFA, 6.0 out of 6 based on 1 rating