WP_20160812_018

Le « Patriote républicain », lors de son interview, à demandé à la CENAP et à la Cour Constitutionnelle de revoir et d’annuler la validation à la candidature d’Ali BONGO ONDIMBA.

Libreville, le 12 août 2016. Tel a été en substance, la déclaration du candidat à l’élection présidentielle, M. Léon Paul NGOULAKIA (LPN) lors d’un point de presse au siège de son Parti à Akébé, sur la gestion du pays par le président sortant M. Ali BONGO ONDIMBA , dont il accuse d’emmener le Gabon dans un gouffre, s’il le gouverne encore pour sept ans.

 

 

 

De son point de presse au siège de son Parti à Akébé (troisième arrondissement) jusqu’à son grand meeting au quartier Nzeng-Ayong dans le sixième arrondissement de Libreville, le message a été clair: ne pas aller à cette élection présidentielle avec pour adversaire, Ali BONGO ONDIMBA, car, « ce sont les mêmes qui ont validé sa candidature, ce seront certainement les mêmes qui vont l’investir demain, président. » A-t-il déclaré.

 

WP_20160812_048

« Le Gabon est en danger. Nous devons défendre la patrie par tous les moyens Légaux pour sauver notre pays. »

« Par rapport à ce projet de société, je m’engage… »

 

Le projet, présenté brièvement en quelques mots, est composé de 4 axes majeurs qui seront dévoilés aux populations gabonaises, lors des jours qui suivront le début de cette campagne présidentielle. Un projet qui, somme toute vraisemblance, a un petit air de déjà lu ou du déjà vu. Doit-on se dire que les projets de société des challengers d’Ali BONGO ONDIMBA, se ressemblent tous, à la limite près, à celui du candidat Paul MBA ABESSOLE, dont le projet « École cadeau, hôpital cadeau, travail pour » de 1990, bien que n’ayant pas été bien peaufiné, serait le mieux adapté aux réalités du peuple gabonais ?

 

 

WP_20160812_051

Les population du quartier Nzeng-Ayong…

WP_20160812_044

…se sont mobilisé pour venir soutenir le « Patriote républicain ».

 

 

 

 

 

 

 

Sauf que celui de M. Léon Paul NGOULAKIA, a un traitement spécial réserver à tous ceux-là qui mènent le Gabon dans un « gouffre socioéconomique ». Fustigeant le comportement de certains de ses « amis politiques » et ceux de l’opposition, qui se targuent aujourd’hui d’aller à cette élection, il déclare: (…) on ne peut aller à une élection avec un candidat dont le dossier comporte plusieurs anomalies criardes (…) on ne peut aller à cette élection, si le président sortant, foule aux pieds la Constitution gabonaise. (…) J’interpelle une fois de plus la CENAP et la Cour Constitutionnelle, de revoir leur décision d’avoir validé la candidature d’Ali BONGO ONDIMBA. Et que tout ce qui adviendra du Gabon dans les jours, les mois et les années à venir, ils seront seuls responsables. »

 

Léon Paul NGOULAKIA, Président, pourquoi maintenant et pas avant ?

WP_20160812_011

 » je suis candidat parce que ma candidature est conforme à la loi, mon père et ma mère sont de nationalité gabonaise ».

Cette question, qui revient à chaque fois que le candidat se met devant une foule acquise à sa cause, Léon Paul NGOULAKIA se plaît de dire aujourd’hui à qui veut l’entendre, cette phrase:  » je suis candidat parce que ma candidature est conforme à la loi, mon père et ma mère sont de nationalité gabonaise, quant à la candidature d’Ali BONGO, pour moi, elle n’est pas clair. » À titre de rappel, la candidature d’Ali BONGO ONDIMBA, validée par la Cour Constitutionnelle, ne souffrirait d’aucune anomalie, car, pour ce qui concerne les affaires civils ou judiciaires administratives, la Cour n’aurait aucun rôle à jouer. Une justice aux ordres de l’exécutif, qui n’est pas libre et indépendante, selon M. NGOULAKIA. « Libérez la Liberté » a-t-il scandé lors de son meeting de Nzeng-Ayong, à l’encontre du régime au pouvoir.

 

Léon Paul NGOULAKIA prône la paix et l’unité nationale.

 

Le candidat « Patriote et Républicain » se donne pour mission de « sauver le Gabon de la légion étrangère ». Non pas que les gabonais soient des xénophobes, mais que l’esprit patriotique et républicain puisse animer chaque compatriote, pour un dernier sursaut d’orgueil, de ravaler sa fierté légendaire, qui s’apparente aujourd’hui à de la lâcheté, et de se lever comme un seul homme, pour dire Non. Dit-il.

WP_20160812_008 WP_20160812_006

 

Léon Paul NGOULAKIA: « (…) nous invitons tous les compatriotes à chasser l’imposture, le parjure, par tous les moyens légaux. Je vous demande donc, à chacun de vous, de devenir meilleur (…) nous devons démontrer aux yeux du monde notre capacité d’organisé une élection présidentielle, sans pour autant nous comporter comme des bêtes. » Un clin d’œil pour ceux des activistes qui animent les réseaux sociaux. Ceux-là qui veulent un soulèvement populaire, quitte à ouvrir la boîte de pandore, et de mettre le pays à feu et à sang.

 

Aussi, il signale aux populations gabonaises, à la Communauté Internationale et les Observateurs étrangers déjà présents sur le territoire national, que cette élection présidentielle, est entachée d’irrégularités, car, selon lui, il y a des arrondissements, des Départements, des villages, qui, depuis le début de la précampagne, ont subitement vu leurs taux de croissance démographique augmenter ou diminuer de façon incroyable.

 

René ABOGHE ELLA, président de la Commission Électorale Nationale et Permanente (CENAP), a, dans sa déclaration de lancement d’ouverture de la Campagne présidentielle, que tout a été mis en place pour que cette élection ne souffre d’aucunes contestations, que les candidats devront se soumettre aux seuls résultats des urnes. Les joutes sont désormais…ouvertes.

 

VN:F [1.9.16_1159]
Evaluez cet article
Rating: 0.0/6 (0 votes cast)